Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
il-est-temps.overblog.com

Le blog qui propose une analyse approfondie sur la politique congolaise, africaine et mondiale. Ce blog s'adresse à tous ceux qui souhaitent avoir une idée précise sur ce qu'il se passe dans notre planète.

Des politiques au Congo

Publié le 1 Avril 2017 par Didier MOUEGNI IVOLO in Article

La question fondamentale pour le pouvoir comme pour l'opposition est de traiter de la souffrance des Congolais. Comment traiter des politiques sociales et de la protection sociale des populations.

 

 

La seule activité économique viable aujourd'hui est la lutte pour être député, sénateur, ministre... en tout avoir un poste pour se servir et non pour proposer des textes législatifs, des propositions de lois et des projets de lois qui vont dans le sens de l'amélioration de la vie quotidienne des populations.

 

 

Qui cela intéresse de savoir si le parlement aura 127 ou 180 députés et 140 sénateurs. Les Congolais s'en moquent. Par contre ce qui les intéresse c'est l'école pour les enfants, c'est la santé, c'est l'emploi, c'est le panier de la ménagère, ce sont les régimes de retraites, c'est l'emploi, résoudre l'inflation, développer le Congo, construire les infrastructures...

 

Sur toutes ces questions, pouvoir comme opposition font preuve d'incompétence et de suffisance. Pour preuve, au moment où les pays de la CEMAC supplient la France et le FMI de les aider car en quasi faillite, au moment où il y a des politiques de rigueur budgétaire imposées par le FMI sous contrôle du gendarme français (Michel Sapin) qui obligent de réduire la dépense de l’Etat et de créer un environnement politique et économique pour attirer les investissements privés et étrangers, pouvoir et opposition se retrouvent dans la forêt primaire de Ouesso pour discuter de l’augmentation des places des députés.

 

Pendant ce temps, qui explique à la population que nous sommes sous tutelle du FMI et quelles sont les solutions.

 

Le problème du Congo aujourd’hui c’est cette présence du FMI dans nos ministères, à la primature et à la présidence de la République, une présence qui a des conséquences terribles sur la vie quotidienne des Congolais.

 

Si on ne relève pas le débat politique, peu importe celui qui sera président, la vie des Congolais, le quotidien des Congolais ne changera.

La politique, l’art de la politique c’est gérer la cité, c’est avoir la capacité à trouver des solutions aux différents problèmes des citoyens. C’est avoir « la totalité du savoir dans la mesure du possible », pour paraphraser le philosophe Aristote.

Commenter cet article